mardi, septembre 22, 2020
Accueil > Actualités > ARABIE SAOUDITE : LE RAMADAN SE PASSERA SOUS RÉGIME DE CONFINEMENT POUR CAUSE DE COVID-19

ARABIE SAOUDITE : LE RAMADAN SE PASSERA SOUS RÉGIME DE CONFINEMENT POUR CAUSE DE COVID-19

Bien que le mois sacré de Ramadan a débuté le vendredi 24 avril, les mosquées sont fermées au grand public en Arabie saoudite terre sainte de l’islam. De même, le Covid-19 menace aussi le Hadj, le grand pèlerinage musulman  qui doit se tenir fin juillet à La Mecque.

Les visites de la Grande mosquée de la Mecque sont suspendues.

« Nos cœurs pleurent », se lamente Ali Mulla, le muezzin de la grande mosquée de La Mecque interviewé par la chaîne de télévision Al Arabiya.

En ce Ramadan qui a débuté le  vendredi en Arabie saoudite, ce sentiment de tristesse est partagé par de nombreux résidents du pays. Car le Royaume, qui abrite les lieux saints de La Mecque et de Médine, vit aussi un Ramadan confiné.

Le Grand Mufti, Sheikh Abdulaziz al-Sheikh, a donc exhorté les fidèles à prier depuis la maison pour éviter les rassemblements dans la mesure où les mosquées resteront fermées au grand public.

Des mesures avaient pourtant été prises très tôt par les autorités pour endiguer la propagation du nouveau coronavirus.

C’est ainsi que, dle 27 février, les visas touristiques avaient été suspendus. Les écoles ont également été fermées début mars, suivies des mosquées. Le petit pèlerinage des musulmans, l’omra, avait aussi été suspendu pour les étrangers d‘abord, puis pour les résidents du Royaume.

Hausse constante des cas

Malgré tout, le nombre de personnes contaminées par le Covid-19 n’a cessé d’augmenter en Arabie saoudite. À ce jour, plus de 12 000 cas positifs ont été confirmés et plus de 100 décès liés à la maladie recensés dans la monarchie du Golfe qui comptabilise environ 33 millions d’habitants.

Face à ce chamboulement, les fidèles du Royaume réagissent avec fatalisme. « Nous sommes tristes car nous ne pourrons pas dîner avec nos familles ni même nous réunir comme nous le faisions chaque année. Mais nous devons suivre les instructions du gouvernement pour assurer notre sécurité » analyse Abdulrahman.

Ce jeune saoudien de 21 ans avait aussi « l’habitude d’aller à La Mecque tous les ans pendant le Ramadan ». Mais cette année, il devra rester chez lui à Riyad.

Les pèlerinages à l’arrêt

Abdallah, un ressortissant français de 39 ans vivant lui aussi dans la capitale saoudienne, souhaitait rentrer « au pays » pour célébrer le Ramadan avec sa famille. Son voyage a été annulé.

Depuis le 15 mars, l‘Arabie saoudite a aussi suspendu tous les vols internationaux. Abdallah espère toutefois un « assouplissement » des règles de confinement d’ici la fin du mois de Ramadan. « Cela nous permettrait de passer les derniers jours ainsi que l’Aïd dans les lieux saints », suppute le Français qui se dit de « nature optimiste ». Un scénario qui semble peu réaliste au vu de la hausse constante des cas.

Dans ce contexte donc, le Hadj  qui doit se tenir fin juillet est lui aussi menacé. Le ministre en charge du Hadj, Mohammed Banten, a exhorté les fidèles Musulmans du monde entier à « attendre avant de planifier » leur séjour.

kemebrama@hotmail.com  à  partir de l’article de  Nicolas Keraudren correspondant du journal Lacroix  à Dubaï

 

Laisser un commentaire