samedi, décembre 3, 2022
Accueil > Actualités > CHINE : LES DOSSIERS BRULANTS QUI ATTENDENT LE PRESIDENT XI JINPING POUR SON TROISIEME MANDAT APRES LE CONGRES DU PARTI COMMUNISTE

CHINE : LES DOSSIERS BRULANTS QUI ATTENDENT LE PRESIDENT XI JINPING POUR SON TROISIEME MANDAT APRES LE CONGRES DU PARTI COMMUNISTE

Le 20e congrès du Parti communiste chinois, qui a pris fin le, dimanche 23 octobre a permis au dirigeant du pays le plus peuplé du monde de rempiler pour un troisième mandat Le Président xi Jinping de retrouvera sur son bureau des dossiers aussi épineux que familiers.

1-LE STATUT DE TAÏWAN

Le président chinois a fait de la réunification avec Taïwan une priorité depuis plusieurs années, multipliant les menaces de recourir à la force si nécessaire. La dernière date du 16 octobre, lors de son discours en ouverture du congrès du parti communiste. Xi Jinping a déclaré que la Chine œuvrait « avec la plus grande sincérité et les plus grands efforts pour une réunification pacifique [de Taïwan] » mais qu’elle ne renoncerait « jamais au recours à la force » et se réservait « la possibilité de prendre toutes les mesures nécessaires ».

La situation envenime la relation de la Chine avec les Etats-Unis. Le président américain, Joe Biden, a assuré en septembre que Washington défendrait Taïwan « si une attaque venait à se produire ». Pékin avait considéré cette position comme une « grave violation de l’engagement important des Etats-Unis à ne pas soutenir l’indépendance de Taïwan ».

Si Xi Jinping n’a pas mentionné explicitement Washington lors de son récent discours, il y a fait référence en déclarant s’opposer « à toute forme d’hégémonisme (…), à l’ingérence dans les affaires intérieures d’autres pays ».

2-LA STRATEGIE ZERO COVID

Le Président Xi Jinping a persisté depuis le début de la pandémie de Covid-19 à appliquer une politique de tolérance zéro, orchestrée à l’aide d’une surveillance massive des citoyens (enregistrement des déplacements) et des mesures coercitives (tests PCR imposés, isolement strict, lourdes sanctions en cas de non-respect du confinement…).

Le dirigeant chinois s’en est félicité au congrès du parti, estimant avoir « protégé au plus haut point la sécurité et la santé du peuple et (…) atteint des résultats positifs significatifs en coordonnant la prévention et le contrôle de l’épidémie avec le développement économique et social ».

3-LA LUTTE CONTRE LE RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE

Le pays a une industrie qui tourne à plein temps ce qui a permis de booster son développement. Il en résulte une grosse émission de gaz à effet de serre. De même, Il fait face sur son sol à des problèmes importants de sécheresse et de pollution.. Parallèlement, la Chine est aussi une championne mondiale des énergies renouvelables. Elle est devenue en une dizaine d’années le premier investisseur mondial sur l’éolien et le solaire. En mars 2021, Pékin a promis d’augmenter à 25% la part des énergies renouvelables utilisées dans le pays en 2025 et ambitionne la neutralité carbone d’ici à 2060.

Malgré la suspension de sa coopération avec les Etats-Unis dans la lutte contre le réchauffement climatique le 1er août, Xi Jinping a réaffirmé ses objectifs écologiques, en ouverture du congrès du parti communiste chinois. « Nous participerons activement à la gouvernance mondiale sur le changement climatique », a-t-il déclaré.

Le pays reste toutefois très dépendant aux énergies fossiles et pas près de s’en défaire. Pékin a annoncé, en avril 2022, que la production chinoise de charbon allait augmenter de 300 millions de tonnes supplémentaires pour l’année en cours. Une contradiction pointée par de nombreux observateurs internationaux.

4-UNE POSITION DELICATE ENTRE LA RUSSIE ET L’UKRAINE

La Chine étant un allié historique de la Russie et l’un des principaux partenaires commerciaux des Occidentaux, Xi Jinping a longtemps conservé une posture de pondération vis-à-vis de l’annexion d’une partie de l’Ukraine par les troupes de Vladimir Poutine. Le 7 mars, le dirigeant chinois assurait que l’amitié entre Pékin et Moscou était « solide comme un roc » et il a longtemps tenu une posture ambivalente : pas de soutien direct à la Russie, mais pas de condamnation de l’invasion non plus.

Le 21 septembre, Pékin est sorti de sa réserve en appelant la Russie à un cessez-le-feu. Quelques jours plus tard, à l’Assemblée générale de l’ONU, le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, appelait « toutes les parties concernées à empêcher la crise de déborder ». « La priorité est de faciliter des négociations de paix », insistait-il, appelant à des discussions « justes et pragmatiques » pour une « résolution pacifique de la crise ». Le ministre chinois a d’ailleurs rencontré à New York son homologue ukrainien Dmytro Kouleba, l’assurant que Pékin appelait à respecter « l’intégrité territoriale de tous les pays ».

5-LA PERSECUTION DES OUÏGHOURS

Le monde occidental accuse constamment la Chine de commettre des exactions dans la province du Xinjiang, contre les Ouighours, une minorité musulmane au nord-ouest du pays. Ces accusations sont récurrentes et animent de nombreux débats suscités par   de nombreuses organisations non gouvernementales œuvrant pour les droits de l’homme.

Le Président chinois va devoir affronter encore les tenants de cette thèse en plus des quatre autres défis que nous avons

Comme quoi, les cinq prochaines années du Président chinois ne seront pas de tout repos

kemebrama@hotmail.com

 

Laisser un commentaire